lundi 4 juin 2018

Mi Vampire va bientôt sortir, frémissez !

J'avoue j'ai écrit une horreur. Encore une chez Ska ! Cet éditeur est vraiment aussi fêlé que moi et je leur remercie encore et encore! Faut dire que ceux sont des pointures : Max Obione et Jeanne Desaubry !
Je me suis coulée dans l'esprit d'un grand malade. Dans le Noir, je ne sais pas écrire des enquêtes mais l'esprit dérangé, est un domaine que je connais. Mon boulot de psy et mes lectures de Stéphane Bourgouin, vous me direz. Oui mais pas que... Ma part d'humanité, comme nous tous, est aussi lumineuse que sombre...
Pour MiVampire je me suis inspirée d'un fait divers qui a défrayé la chronique americaine déjà bien saturée. Bien sûr je m'en éloigne et je fais parler, comme dans L'Ange de la Mort, MiVampire. Attention aux personnes sensibles, les fantasmes et la folie de MiVampire sont explosifs mais, ils témoignent aussi du sordide d'un certain quotidien ...
Si je pouvais, je dédierai Mivampire à Joyce Carol Oates et à "son" Zombi. C'est ce court roman de Joyce Carol Oates qui m'a poussée à sévir à nouveau dans le domaine du Noir, très noir...

lundi 14 mai 2018

FEERIKA 2018 Festival de l'EAU

Vous ayant annoncé ma venue à ce festival, je me devais de vous faire un petit retour. Alors voili voilou:

L'Isle sur la Sorgue est une bien jolie et coquette ville ; programmer un festival de SFFF dans le parc Gauthier était une fameuse idée (même si faire payer l'entrée se discute). Tout pour plaire donc :
  • Un soleil radieux le premier jour, 
  • Des supers autrices et auteurs au rendez-vous (Anna Combelle, Fred Marty, Andrea Deslacs, Frederic Czilinder et Mr Atalante, Celia Ibanez et d'autres que je n'ai pas eu le temps de connaitre),
(Bon va y avoir des jaloux mais je n'ai pris que Fred et Andrea.... je suis tête en l'air!!!!!!)

  • Le burger végé (oui!!!!) avec frites "fraîches" . Impossible d'y résister. Comme les petits biscuits à la cannelle et aux amandes.... Une autre histoire!
(Je ne vous mets pas de photo mais vous m'aurez compris...)


  • Une nouvelle lectrice Sarah en compagnie de sa fille au prénom de princesse...
  • Des cosplays, itout itout 
(Surtout celui de Dona une gorgone métallique très très impressionnante!)

Oui tous les signes (ou presque) étaient réunis et promettaient de bons moments le jour suivant mais la pluie et le vent se sont invités. Ravis eux aussi d'y participer. Le problème c'est qu'ils se sont taillés la part belle. Le festival est tombé à l'eau (c'est le cas de le dire). Plouf!



vendredi 11 mai 2018

2018 L'ANNEE DU CHIEN ET DE HACHIKO ! et un Festival ce WE :)


Tant de temps ! Nous sommes déjà au printemps et je n'ai pas pris le temps d'écrire cet article auquel je pense depuis le nouvel an chinois ! J'avais même pris des photos à l'aéroport de Hong-Kong où je me trouvais en transit pour la Nouvelle Zelande ! La Nouvelle Zelande et les Maoris, voilà un endroit merveilleux et un peuple qui m'a apporté énormément d'histoires et de beauté. J'espère bien écrire dessus !!!
Bon je reviens au Nouvel An Chinois et aux chiens. 2018 l'année des chiens. Voilà qui aurait plût à Shogun Inu Kubo, un amoureux des chiens qui a vraiment existé et qui a aidé Hachiko contre la Reine de la nuit Izanami qui a envoyé un tas de Yokaï à la poursuite de ce chien fougueux et obsédé par retrouver son maître. Hachiko au Pays de la nuit est sorti il y a environ un an chez Rroyzz Editions, six mois avant 2018 l'année du Chien et Il se porte bien. Je reçois pleins de commentaires positifs de vive voix et parfois écrits par mail voire sur une certaine plateforme, et j'avoue être heureuse. Bien sûr cela me fait plaisir à mon petit égo mais ce qui me fait sincèrement encore plus plaisir c'est qu'un Chien est la première place avec un Shogun très très original, sans oublier Mistigri un chat poète et parigot.
Hachiko est né il y a très très longtemps de mes lectures de Jack London et de Boulgakov (Le Maître et Marguerite); c'est certain ! Il est aussi né de ma rencontre avec les chiens et chats et hamster dont je me suis occupé. Enfin, il est né il y a environ onze ans de ma rencontre avec sa statue à la gare de Shibuya. Je ne connaissais pas son histoire et je n'ai pas voulu voir le film qui a été fait. Hachiko a pris vit sous ma plume et mon clavier mais je peux vous assurer que je n'étais pas maître à bord. Je courais pour écrire fébrilement ce qu'il arrivait au trio Hachiko/Shogun/Mistigri ! A leurs péripéties, comme à leurs rencontres , autant dans le monde des morts qu'au cimetière ou dans la maison d'enfance d'Hachiko, avec des personnages ayant réellement vécu au Japon ou issus de la mythologie japonaise ou de "mon"imagination. Je peux dire que, comme Billy Chaperon, et au fond tout ce que j'écris, cela m'a été insufflé. c'est la Magie de l'écriture. Je pénètre dans un monde parallèle, quelque chose qui pourrait être du Nagual, d'où ces guillemets pour "mon"imagination. Bien sûr, je ne suis pas la seule à vivre ce phénomène ! Mais j'avais envie de parler de ce supplément d'âme qui vient d'ailleurs... J'avais envie de rendre hommage à ce roman et aussi aux lecteurs qui ont pris la peine d'écrire ou de m'envoyer un petit message.

J'espère être aussi un peu plus prolixe dans ce blog mais il est vrai que l'objectif de celui-ci pour moi n'est pas clair. Je parle surtout de mes lectures et des films ou séries que je vois. Mais j'ai envie de le faire évoluer. A voir...

J'allais oublié!

J'ai la chance de participer ce WE à un festival de SFFF avec le collectif la Tarasque et Hydralune. Je les remercie de m'accepter auprès d'eux!!!!!

Pour conclure, voici un chat qui est aussi parigot que Mistrigri mais qui à à plutôt un faux aire de frida Kahlo, à mon avis, avec les fleurs en arrière plan. Eh!eh!eh! et puis une des fameuses photos du nouvel an chinois dans l'aéroport de Hong Kong. En espérant que la Chine arrête les tortures et massacres perpétrés sur les chiens .... Je vous embrasse. Belle année, Beau printemps !


samedi 13 mai 2017

Lecture: Dracula, Bram Stocker

Honte à moi, je n'avais pas lu Dracula de Bram Stoker ! J'étais tombée sous le charme de la version de Coppola, mais je n'avais pas réussi, à l'époque de la sortie du film, à lire le roman. J'étais, très probablement, trop imprégnée par le film...

Le Mal est réparé, j'ai décidé de lire "les classiques" de la littérature vampirique. Et Bram Stocker ne pouvait pas ne pas en faire partie ! Puisque son "Dracula" pose les codes du vampire.
En voulant lire de façon chronologique, j'ai donc commencé par "le Vampire" de John William Polidori (et Byron ?) (1819), puis  "Carmilla" de Joseph Sheridan Le Fanu (1871), "La deux fois morte " de Jules Lermina (1895) et enfin "Dracula" de Bram Stoker (1897). Et je continue avec d'autres oeuvres plus modernes dont Stephen King fait parti mais aussi Matheson... Bon revenons au sujet:

Carmilla et Dracula sont pour moi deux romans exceptionnels ! Carmilla est bien plus sulfureux à mon avis. L'écriture est , certes, plus datée mais le thème soulevé par ce court roman sur l'homosexualité féminine est tellement progressiste que sa notoriété en a probablement souffert. Je caresse l'idée d'en écrire une version en hommage (en fait, idée caressée et assouvie en partie...). Alors que Dracula est beaucoup plus conventionnel concernant le rôle de la femme, plus exactement de "la bonne ménagère"...
Cependant, la narration de Dracula m'a surprise et séduite (attention danger ;) ). C'est un roman d'aventures comme on pouvait lire à l'époque mais très moderne. En dehors de la condition féminine qui n'est pas un problème pour l'auteur, "mazette" il joue du sadisme, de l'érotisme et de la folie avec maestria!!!!
Donc oui je comprends l'engouement des puristes pour Bram Stocker! Et maintenant j'ai quelques nouvelles à découvrir de lui...

Concernant Bram Stocker : en plus des liens proposés, cette émission radiophonique de France Culture m'a bien plu, notamment le début concernant la recherche de son arrière petit enfant de savoir qui est Bram Stoker ? cliquer ici

jeudi 6 octobre 2016

Lecture: Le dernier apprenti sorcier, Ben Aaronovitch

J'avais envie de lire quelque chose de léger mais d'intelligent, de corrosif, de déjanté, d'original... Oui, je sais, j'en veux beaucoup. Ceci dit, il en existe des auteurs qui tiennent la route et vous en mettent plein la vue ou la tronche selon vot'vocabulaire M'dame ou M'sieur.

Ben Aaronovitch fait partie de cela (faut dire qu'il qui connaît bien "Dr Who", sisi ct: cliquer ici). Du moins pour ce qui est de son bouquin "Le dernier Apprenti Sorcier". J'ai lu ce roman (tome 1 eh!eh!) comme si je suçais un bonbon acidulée. Soit à une vitesse fulgurante ! Pour celles et ceux qui aiment le fantastique et l'humour britannique, il n'y a pas pas à tergiverser: foncez.

De quoi ça cause?
D'un jeune policier un brin medium qui va être recruté par le dernier sorcier pour devenir "le dernier apprenti". Bourré d'humour, l'enquête se déroule dans un Londres où les dieux de la Tamise et d'autres cours d'eau sont d'une truculence inouïe! Pensez, ils adoptent des faux airs de prêtresses de vaudou ou de gitans...
En un mot j'adooooore. Eh je dis:
Vive le déjanté qui ne se perd pas dans les digressions alambiquées (comme "Moi, Jennifer Strange: Dernière tueuse de Dragons" qui m'est tombé des mains. Pourtant ça commençait fort bien et c'est de Jasper Fforde), 
Vive le décalé en Fantastique!


mardi 28 juin 2016

lecture: running man, stephen King


En rangeant la bibliothèque, j'ai trouvé ce court roman.  

Comment, je ne l'ai pas lu?! Et bien, c'est fait et je peux l'affirmer, je l'ai dévoré, tout en me répétant aux fils des pages : Les écrivains, d'anticipations ou dystopies, sont-ils des visionnaires ?!

Pour Stephen King et son "Running Man", je dis oui sans hésiter, une fine pellicule de sueur encore glacée à mon front...

"Running Man", publié en 1989, parle d'un avenir hautement probable, tellement il paraît proche du nôtre. Tout à fait effrayant. La pollution est un fléau, les jeux de télé-réalité, diffusés par libertel, sont l'opium du peuple. L'Etat est tout puissant.

Ce court roman raconte la grande traque- jeux qui se confond avec une chasse à l'homme justifiée par l'audience. Un drame annoncé dès les premières pages en chapitre courts percutants en décompte à rebours. Vous me direz "ce n'est pas la seule fiction a abordé ce thème"! Non mais c'est de haut vol dans sa concision et son efficacité.
Attention à ne pas confondre le film commis dans les années 90 avec Schwarzi (en couverture ici).n'a Rien à voir!

Pour finir nous sommes en 2016 et le futur: la sciences fiction est là depuis quelques années déjà.
J'ai peur.

Vous voulez en savoir plus : Running Man sur wikipedia: cliquer ici

mardi 1 mars 2016

Salon du Fantastique, 4ème édition : Jules Vernes est parmi nous !


Le Salon du Fantastique a été une réussite et je suis bien contente que mon chéri, Ronan le breton, m'y ait trainée. Je me terre en ce moment pour écrire et travailler (trop). Ma dernière au Salon, c'était en 2013 sur le stand de feu la Librairie L'Antre-Monde. Arrêt souvenir: Un beau moment...

2016 donc.
En y posant un pied, j'avoue avoir ressenti un petit pincement au coeur en pensant à Sklaerenn qui n'était pas là. Le fait est que Jules Vernes était parmi nous. Je vous assure. J'en frémis encore. Pour preuve, jetez un coup d'oeil sur l'Anthologie officielle le recueil de nouvelles:
Du moins son oeuvre. Et le fait est que Sklaerenn en pince pour Jules, comme moi. On a même un projet avec lui. Mais chut...

Samedi sous le soleil hivernal parisien, je me suis donc retrouvée nez-à-nez avec un scaphandrier tout droit débarqué de "Vingt mille lieues sous les mers", pendant que les bruits des cannes s'entrechoquaient en combats forcenés.

Les travées grouillaient d'individus costumés et fardés, venus d'univers fantastiques, au sens anglo-saxon du terme, des mangas, Comics, Steampunck, Fantasy. Tous avaient emprunté la machine à remonter le temps de HG Wells (allez-voir les photos: ici). Et tout ce petit monde se bousculait pendant que les auteurs en dédicace, artisans, boulangers médiévaux, illustrateurs-trices, rôlistes, fanzines, conteurs et autres offraient leur savoir-faire et leur sympathie.

Magique et bien plus corsée que la savoureuse bière de la cuvée des Trolls, des Caves Alliées (qui heureusement nous permettait d'étancher notre soif). Ce fut trop court mais intense. Les retrouvailles et les rencontres chaleureuses!

Trop contente d'avoir revu Cécile Guillot du Chat Noir. Toujours aussi délicate et perspicace : tu avais raison, Salomé avait bien le tome 2 des "Jeunes filles d'Hécate" ! Elle engloutit le troisième.

Trop contente d'avoir "raflé" le tome 2 du recueil "Morts dents lames" , La Madolière, avec tout plein de signatures des auteurs : Cancereugène, Cécilia Lepine, Pénélope Labruyère,  Guillaume G Lemaître, et Bruno Podesci. Bon il en manque mais c'est pas mal quand même.... Eh!Eh! Eh!
Trop contente d'avoir "taillé le bout de gras" (ce n'est pas peu dire) avec la Reine mère Pénélope Labruyère , les auteurs excentriques Guillaume G Lemaître (pour en savoir plus sur lui: l'écrivain torturé) et Bruno Pochesci

Trop contente d'avoir discuter avec Alexandre Antigny (si vous ne le connaissez pas encore! voir son interview), de la Confrérie de la Carotte.

Trop heureuse d'avoir embrassé Taly !!!!!! En tout bien tout honneur...
Trop touchée par l'excellente mémoire de Pierre Arnaud Francioso que j'avais rencontré au Salon Fantasy en Beaujolais et qui continue à super série !

Orgueilleuse d'avoir montrer mes amulettes mexicaines avec une personne fort sympathique du club Présence d'Esprit.. Je viens de finir la nouvelle Pavillon Noir, premier prix du Concours Vision du Futur 2015 (pour lire les nouvelles achetez AOC n° 38, la couv est superbe!). Dean Venetza est un auteur génial !!!!

Je suis donc revenue, les yeux pleins d'étoiles (en rêvant aux superbes chapeaux de la p'tite sorcière et aux enluminures d'une talentueuse mathématicienne), un pincement au coeur d'avoir raté :
Bénédicte Taffin,
Valérie Simon,
Françoise Grenier Droesh,
Anna Combelle,
et d'autres que j'oublie!!!!!

Et mon porte-monnaie vide.